• Accueil
  • Libération de trois militaires des quarante-neuf soldats ivoiriens interpelés à Bamako

Libération de trois militaires des quarante-neuf soldats ivoiriens interpelés à Bamako

Libération de trois militaires des quarante-neuf soldats ivoiriens interpelés à Bamako

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Trois militaires ivoiriens, détenus depuis plus d’un mois par la junte malienne, ont été libérés samedi grâce à une médiation togolaise. Il s’agit de 3 femmes.

49 soldats ivoiriens sont accusés par les militaires au pouvoir au Mali d’être des ‘mercenaires’, ce que nie Abidjan. Ils ont été inculpés pour ‘tentative d’atteinte à la sûreté de l’état’ et écroués.

Abidjan assure que ces soldats étaient en mission pour l’ONU, dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et exige leur libération.

Le Togo joue le rôle de médiateur entre la Côte d’Ivoire et le Mali,.

Cette affaire illustre les tensions entre le Mali et la Côte d’Ivoire, accusée par Bamako d’avoir incité ses partenaires ouest-africains à durcir les sanctions contre les militaires maliens auteurs de deux coups d’Etat depuis 2020, sanctions finalement levées début juillet.

Samedi à Lomé, les militaires libérés ont été remis aux autorités togolaises en présence des ministres des Affaires étrangères du Togo et du Mali, respectivement Robert Dussey et Abdoulaye Diop et de Fidèle Sarassoro, directeur de cabinet du président de Côte d’Ivoire.

‘La République de côte d’Ivoire, soucieuse de maintenir les relations de bon voisinage avec le Mali, s’engage à respecter les procédures des Nations Unies, ainsi que les nouvelles règles fixées par le Mali relatives au déploiement des forces militaires dans ce pays’, a déclaré M. Sarassoro.

Cette libération est un succès pour la diplomatique togolaise.

Le président Faure Gnassingbé s’est engagé dans une action de bons offices complexe laissant à son chef de la diplomatie le soin de discuter avec toutes les parties.

Reste à obtenir la libération des 46 soldats ivoiriens toujours emprisonnés à Bamako.