Aller au contenu principal

Le Prof. Robert DUSSEY participe à une réunion à Washington

Publié le : 19 juil 2019
Le Prof. Robert DUSSEY participe à une réunion à Washington

Le secrétaire d’Etat US, Mike Pompeo organise la deuxième conférence ministérielle sur la promotion de la liberté religieuse.

Une réunion à laquelle participe Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise.

Les participants entendent réaffirmer les engagements internationaux visant à promouvoir la liberté de religion pour tous.

Un large éventail de personnalités assiste à cet événement, des ministres, des leaders religieux, des activistes de la société civile, des représentants d’organisations internationales. Plus de 1000 personnes enregistrées.

L’objectif est d’identifier les défis, les moyens concrets de lutter contre la persécution religieuse et la discrimination et assurer un plus grand respect de la liberté de religion ou de conviction. 

Le Togo a été invité à cette conférence pour partager son expérience et en raison de sa capacité à promouvoir la liberté de religion telle que contenue dans l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Lors de son intervention, Robert Dussey a rappelé que l’Afrique de l’Ouest payait un lourd tribu à l’extrémisme religieux.

‘Au Mali, au Nigeria, au Burkina Faso, le mal est visible. Des lieux de cultes sont pris pour cible. Des mosquées et des églises sont incendiées, des prêtes et imans sont assassinés’, a-t-il dit.

Le Togo est heureusement à l’abri de ces violences, en dépit de quelques incidents récents. 

Sans doute parce que la liberté religieuse est un droit consacré par la loi fondamentale et que les confessions religieuses ont le droit de s’organiser et d’exercer librement leurs activités dans le respect de la loi et du principe de laïcité. 

Mais pour prévenir tout dérapage – toujours possible – le gouvernement à créé un Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent. 

‘La stratégie togolaise de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent vise à protéger les compatriotes des menaces et à protéger la libre expression des libertés individuelles dont les libertés religieuses’, a précisé le ministre des Affaires étrangères.

 

Top