Aller au contenu principal

Le Togo réélu membre du CPS pour 2018-2019

Publié le : 30 jan 2018
Drapeau UA

La confiance accordée au Togo est le fruit de l’engagement du pays pour le maintien et de la paix et de la sécurité internationale. Ce choix est également le résultat de l’action déterminée menée par le Président Faure Gnassingbé sur la scène africaine.

Ce 26 janvier 2018, à l’occasion de la 32ème Session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine, le Togo a été réélu, sans surprise et avec brio, pour un second mandat au Conseil de paix et de sécurité (CPS) pour la période 2018 – 2019.

Cette brillante élection est, en effet, le fruit de l’engagement du Togo pour le maintien et de la paix et de la sécurité internationales dans le monde, en général, et en Afrique, en particulier. Elle est également le résultat de la vision du Président de la République, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, qui s’investit sans compter pour apporter la paix sur les théâtres de guerre.

Faut-il le rappeler, le Togo s’est imposé, ces dernières années, comme l’un des principaux contributeurs africains aux opérations de maintien de la paix en termes de personnels. La République togolaise accorde une grande importance au multilatéralisme ainsi qu’aux forums internationaux tels que l’ONU, l’UA et la CEDEAO.

En mars 2017, le Togo a réitéré ce ferme engagement en annonçant au Secrétaire général de l’ONU la décision du Chef de l’Etat d’augmenter le nombre des soldats togolais dans les opérations de maintien de la paix de même que l’engagement résolu du Togo à soutenir toute action visant à garantir un monde plus sûr et épris de paix.

Dans le cadre de ce nouveau mandat, le Togo continuera de contribuer, en tant que l’un des quinze (15) membres, de façon efficace et efficiente, aux débats et discussions du CPS dont l’objectif phare est de promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique en vue d’assurer la protection et la préservation de la vie et des biens, le bien-être des populations africaines et de leur environnement ainsi que la création des conditions propices à un développement durable.

Top